3 scènes cultes à revoir avec votre œil d’investisseur-épargnant

Au coeur des préocupations de beaucoup d’entre nous, l’argent est également une source d’inspiration dans le cinéma pour les réalisateurs et leurs scénaristes. A l’occasion du 70ème festival de Cannes, voici une sélection de 3 scènes cultes illustrant quelques conseils de base pour épargner sereinement.

Le Loup de Wall-Street, Martin Scorsese

Leonardo Di Caprio, alias Jordan Belfort gravit à la vitesse de l’éclair les échelons qui le mènent aux salles de marché new-yorkaises en piétinant allègrement les principes élementaires de la déontologie.

A retenir : attention aux trop belles promesses ! Un démarchage agressif au téléphone incitant à investir immédiatement doit inciter à la prudence. Si cette opportunité était aussi belle que promise (900 % de rendement !), le courtier la partagerait-il aussi volontier avec un inconnu ? Arrêté par le FBI en 1998, Belfort (escroc bien réel qui a inspiré le personnage de Di Caprio) fut condamné à plusieurs années de prison et dut restituer 110 millions de dollars aux 1 510 investisseurs qu’il avait floués pendant 10 ans.

Le Sucre, Jaques Roufiot

L’histoire vraie d’une escroquerie basée sur la bulle spéculative du prix du sucre. Deux courtiers peu scrupuleux font enfler la rumeur d’une pénurie et entrainent un épargnant à y perdre l’héritage de sa femme.

A retenir : Méfiez-vous des comportements moutonniers et des beaux parleurs. Dans ce film, les Français se ruent pour acheter du sucre, la bulle spéculative croît, croît encore avant de s’effondrer. Moralité de l’histoire, DI-VER-SI-FIER en saupoudrant son épargne dans plusieurs placements et garder la tête froide face à des marchés aux comportements erratiques.

Un idiot à Paris, Serge Korber

Perdu dans Paris après une nuit trop arrosée un ‘idiot du village’ déambule dans la capitale et croise la route de nombreux personnages dont Dessertine, grossiste en viande et patron impitoyable.


A retenir : Anticipez les coups durs. Dans cet extrait, l’intraitable Dessertine menace ses troupes de licenciement. En cas de chômage ils sont prévenus, « plus d’auto ni de week-end au Crotoy ». Pour se prémunir de ce type d’écueil, mieux vaut donc bien gérer ses revenus mensuels et constituer une épargne de précaution.

Je deviens prêteur

Prêtez aux PME françaises

Rejoignez plus de 12 000 prêteurs !
Je deviens prêteur
By | 2017-06-21T14:34:55+00:00 24 mai 2017|Epargner|