Épargne : quelle part de vos revenus investir ?

La perspective de faire travailler votre argent ne doit pas vous aveugler au point d’investir l’intégralité de vos économies dans des placements. Au-delà du risque de perte propre à chaque placement (lisez à ce propos notre article sur la tolérance au risque), le danger est de se retrouver démuni en cas d’imprévu. Une voiture emboutie, un dégât des eaux dans votre maison, des frais de santé non anticipés… les incidents de la vie de tous les jours ne manquent pas. Mieux vaut se tenir prêt et garder une somme d’argent pour faire face à ces moments difficiles.

Si pour un livret d’épargne la liquidité est totale, puisque vous pouvez à tout moment retirer votre argent, il sera plus difficile de récupérer les fonds placés dans une assurance vie ou un actif obligataire. Dans le cas du prêt participatif, l’entreprise financée rembourse chaque mois une partie du capital et des intérêts, conformément à un échéancier convenu à l’avance. Le prêteur ne peut donc pas demander la restitution de son capital avant la dernière échéance. La cotation en bourse offre quant à elle différents niveaux de liquidité selon les sociétés mais des frais de transactions sont prélevés après chaque ordre d’achat ou de vente. Il sera donc judicieux de varier ses placements entre épargne de précaution et investissements de moyen et long terme. Un fonds de précaution représentant au moins 2 ou 3 mois de salaire est une bonne base sur laquelle s’appuyer avant d’investir.

La règle du 50/30/20 : une inspiration pour gérer son budget

Très en avance sur les questions de finance personnelle, les américains ont développé des méthodes simples et efficaces pour construire un budget équilibré. Une formule toute simple notamment : la règle du 50/30/20. L’idée est de répartir son revenu mensuel – net des cotisations et des impôts – en trois parts. La première part représente la moitié du revenu et sert aux dépenses nécessaires comme le loyer, l’achat de nourriture, les assurances, le transport ou encore les factures de téléphone et d’électricité. La deuxième part est consacrée aux dépenses non nécessaires mais qui font plaisir, comme les vacances, les restaurants et le cinéma. Elle représente près d’un tiers du budget.

Les 20 % restant seront réservés à la constitution d’une épargne, au remboursement de vos emprunts et aux investissements financiers. Cette dernière part inclut donc à la fois l’épargne de précaution et des placements moins liquides.

Pensez à bien équilibrer votre épargne entre des placements à faible rendement mais sans risque et des placements avec un niveau de risque plus élevé mais des perspectives de rendement plus important. Le financement participatif sous forme de prêt aux PME proposé par Unilend fait partie de cette dernière catégorie. Il a de plus le mérite de donner du sens à votre épargne en soutenant l’économie réelle.

Vous pouvez bien entendu adapter cette règle du 50/30/20 à votre situation si vos dépenses courantes nécessaires représentent plus de la moitié de votre revenu. Mais cette répartition aura le mérite de vous aider à mieux connaître votre budget et les sommes que vous serez en mesure d’investir.

Je deviens prêteur

Prêtez aux PME françaises

Rejoignez plus de 12 000 prêteurs !
Je deviens prêteur
By | 2017-05-12T10:59:31+00:00 12 mai 2017|Epargner|